Vous êtes ici

Dilectae / Aurélia Frey

NOUVELLE ACQUISITION

 
Au cours d’une résidence de deux mois au musée Balzac dans le cadre de la manifestation ACTES 2018, la photographe Aurélia Frey a exploré la vallée de l’Indre et ses châteaux : elle a imaginé les derniers instants de l’héroïne du Lys dans la vallée, Blanche-Henriette de Mortsauf. Cette femme vertueuse à la psychologie complexe est inspirée de Laure de Berny, le premier amour d’Honoré de Balzac qu’il a baptisée Dilecta, sa « bien-aimée », en référence à la pieuse Marguerite de Rousselé inhumée en l’église de Saché au XVIIe siècle. Le Conseil départemental d’Indre-et-Loire vient de faire l'acquisition, pour le musée Balzac, de trois œuvres se rattachant à la symbolique des bouquets de fleurs dans le roman : une photographie d’un bouquet de coquelicots et deux albums photographiques. Elles sont présentées au deuxième étage du musée, dans la salle consacrée à la Touraine dans l'oeuvre de Balzac.
 

Aurélia FREY, Dilectae#17

Impression numérique d’un cliché argentique sur dibond, 2018.
Cette nature morte évoque le temps qui passe et, en particulier, l’instant éphémère d’un amour avec Félix de Vandenesse qu’Henriette de Mortsauf n’a pu saisir. Le choix de réduire le bouquet de fleurs à quelques coquelicots accentue la symbolique amoureuse composée par Félix qui, dans le roman, a placé un pavot rouge dans l’un de ses bouquets. Cette photographie a été prise dans les caves du Manoir de Vonnes dont l’architecture a inspiré Balzac pour décrire le château de Clochegourde dans le roman.

 

Aurélia FREY, L'herbier photographique d'Henriette

Deux albums photographiques anciens garnis d’impressions numériques de photogrammes, 2018.

Ces herbiers réintroduisent la nature et la vallée de l’Indre, image récurrente des visions d’Henriette imaginées par Aurélia Frey. Les fleurs conservées par Henriette sont celles des bouquets offerts par Félix. C’est ce qui lui reste de concret de son histoire d’amour avec le jeune homme. Tous ces végétaux ont été collectés, faits sécher et pris en photographie par Aurélia Frey au fil de ses pérégrinations dans la vallée de l’Indre pendant l’été 2018.
 
 
 
 
 

Rédaction d'un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Imprimer